Restez connectés: +33 (0) 6 43 28 11 65 - laurie@trueriderstravel.com

Contact Newsletter Presse A propos

Sur la route des Elef..

Je viens d’arriver en Russie, à Moscou, où je compte passer 3 semaines pour découvrir ce pays pendant l’hiver. À peine débarquée, Vitali me traîne à un anniversaire, où je retrouve des amis russes rencontrés l’année passée. Une soirée animée et bien (trop) arrosée.. On parle moto, voyage, et évènements à venir : l’Elefant Treffen en l’occurrence. On teste ma « virilité » en me traitant de tapette, le jeux du « pas chiche' » est lancé… une bière de trop avalée et me voilà engagée, parole de russe, pour un départ dans 2 semaines, pour rallier les Elef à moto, depuis Moscou…

JOUR 1 : samedi 23 janvier

true-riders-travel-russie-elefant-treffen-laurie-place-rougeLa veille, je quitte Vitali et nous nous donnons rdv le matin pour le départ. Il vit à 50 km en dehors de Moscou et me donne rdv à 10h. Je pense que cette horaire est tardif, surtout avec le temps prévu : très froid. Cela fait 2 semaines que je suis sur Moscou. L’hiver a été clément avec moi depuis mon arrivée.. en me prévenant toutefois qu’il était bien installée : -22° à l’atterrissage de mon vol. Les jours suivants oscillaient entre -15 et -3°. Je me suis même vu dire à -3° qu’il faisait chaud ! Il faut vraiment le vivre pour ressentir réellement cette sensation de « chaleur » à -3°C après avoir passé plusieurs jours sous la barre des -10°C. C’est juste extraordinaire !! Vous pouvez enfin respirer à pleines narines sans que le froid vienne instantanément geler toutes substances humides qui s’y trouvent. Quelle horrible sensation que d’avoir des stalagtites qui poussent à l’intérieur de votre nez où le sentiment d’avoir des crottes de nez énormes qui obstruent vos naseaux !

Venons en au fait. Vitali est sommé d’arriver à 9h, pas après. À son arrivée, et malgré le froid prévu (-18°C) il faudra encore brancher mes gants chauffants et mon casque, pourvu d’une visière chauffante. Par de telles températures, la visière gèle et vous perdez toute visibilité. Aussi, à moins de ne rouler la visière ouverte avec une forte chance d’y perdre un oeil, voir deux, cet accessoire est loin d’être un gadget !

Il est bien entendu qu’en tenant compte du fait que Vitali est Russe, je ne m’attendais pas à ce qu’il soit à l’heure. J’ai dit 9h pour montrer mon intention de ne pas partir « trop » tard. Mais je n’imaginais tout de même pas qu’il arriverait à …..14h ! Dans son programme initial, nous devions parcourir 500 km. Autant dire que ça ne me semblait dors et déjà pas réaliste. Faire 500 km en été, avec une Ural, en une journée, c’est déjà un exploit ! La bête étant capricieuse, il arrive bien souvent qu’il y ait des arrêts forcés, dus à des pannes ci et là…. ma hantise pour ce périple à venir ! Le froid nous dévorerait instantanément en quelques minutes. Cette vision est d’autant plus marquée lorsqu’à 16h00 nous finissons enfin le montage des câbles de mes gants et casque… soit presque 2 heures pour ça ! Sauf que chaque mouvement nécessite de la précision et qu’avec les gants c’est impossible. Vous les retirer 2 min, tourner un boulon et le froid vous a déjà glacé jusqu’aux ongles. Vous remettez les gants, vous réchauffez un peu, et ainsi de suite… Alors une panne, en bord de route, je n’ose même pas imaginer !! D’autant plus que la moto n’était toujours pas remontée et qu’ils ont fini de la remonter cette nuit… Va-t-elle bien fonctionner? Ah … ces russes !

Il y a une histoire dans cette histoire. Et il faut aussi que vous sachiez que je suis Bretonne. Ce petit détail à son importance. En dehors du fait que nous soyons très chauvin (soit), les Bretons cultivent aussi les mythes, les légendes, et sont de nature plutôt superstitieux. Ça n’est certainement pas une généralité, mais personnellement, j’ai grandi dans un milieu où l’on se soigne en consultant le rebouteux du coin et où l’on est attentif aux choses disons « mystérieuses » qui nous entourent..

En mai 2014, j’ai emmené mes parents en Russie, pour leur faire découvrir ce pays que j’aime, en side-car Ural. C’était alors mon 3ème voyage en Ural là-bas. Mes voyages précédents n’ont connu aucun problèmes particuliers, tout du moins, quelques bricoles, mais sans grosses conséquences. Ce voyage, quant à lui, fut une succession d’angoisse que nous n’avons su expliquer. Vitali, bien entendu, m’accompagnait sur ce voyage. C’est à Vitali que je loue les side et donc, il m’accompagne sur chacun de mes voyages. Le russe étant également une langue que je ne maitrise pas du tout, Vitali est un ange gardien dont nous ne saurions nous passer ici. Citer sa présence est aussi un élément clé. En effet, bien que nous soyons des amis, sa femme (que je ne connais d’ailleurs pas) voit d’un très mauvais oeil que son mari s’échappe du foyer conjugal pour s’adonner à des sorties motos prolongées, en compagnie d’une française effrontée…..

Flash back : le matin de ce voyage, je monte sur la moto qui m’est destinée. Une fois sur le siège, je ne me sens pas à mon aise, quelque chose ne va pas. Je demande gentiment à Vitali s’il m’est possible de prendre une autre moto (nous sommes alors 3 motos à prendre le départ). Vitali, en gentleman, et pour me faire plaisir, accepte volontiers. C’est donc Denis, qui est alors le pilote de mon amie Fabie (qui fait aussi partie de l’aventure) qui conduira « ma » moto, et je prendrai donc la sienne. Le départ est donné. Nous roulons 5 km, et la moto de Denis tombe en panne.. Ceci sera le début d’un cauchemar qui durera 10 jours, soit la totalité de notre séjour en Russie. Je ne vais pas faire la liste des galères que nous avons eu, mais mentionner UNE anomalie lors de ce périple : une aiguille trouvée dans « ma » moto (celle que j’ai échangée au départ). C’est Fabie qui, en montant dans le panier de cette moto, découvrit l’aiguille. En bonne citadine, et ne prêtant pas attention à ce genre de « superstitions », elle la jeta tout bonnement à terre !!!! Quelle erreur ! Car pour casser le sort, il faut casser l’aiguille…

true-riders-travel-russie-elefant-treffen-temperatureEt c’est là que nous revenons à notre départ actuel. Avec l’arrivée tardive de Vitali et un soleil qui met les voiles à 16h30 ici, il était hors de question de prendre la route vers l’inconnu. Nous reportons le départ au lendemain et décidons d’aller sur la Place Rouge pour quelques clichés et en profiter pour tester notre équipement chauffant. Ça sera 2h30 par -16/-18° dehors, moins les quelques degrés ressentis quand on roule à moto – on dit -10 en moins… franchement, j’en sais trop rien.. Tout ce que je sais, c’est qu’il fait très froid et que mon corps, à son arrivée s’en souvenait ! La bonne nouvelle : malgré de nombreuses ratés effrayantes sur la moto, elle roule encore ! La mauvaise : mes gants chauffants ne fonctionnent pas.. le fusible est en place, brillant et sans défaut.. mais pas de chaleur.. Au moment de retirer mes gants, je suis saisi d’une douleur encore plus forte (et oui, j’avais déjà mal avant, par ce froid.. et sans gants adéquats, puisqu’ils sont alors inutiles contre le froid sans leur fonction chauffante..). Mes mains ont littéralement brûlées ! C’est un coup de soleil puissance 10, version froid ! Avec une couleur rouge écarlate, toute gonflée et une douleur qui vous lance sur toute la zone affectée.. Sans l’usage de mes mains, la conduite du side va s’avérer difficile.. Je me couche avec un sentiment très mitigé sur la validité de cette « bonne » mauvaise idée de vouloir rallier les Elef depuis Moscou, en moto…

JOUR 2 : dimanche 24 janvier

Le réveil sonne. Je ne sais plus si j’ai envie de partir. Le « danger » dans le fait de ne pas partir, même pour faire 50 km, c’est que vous êtes encore dans votre confort, avec vos repères et qu’avec un faux départ et la mésaventure d’hier soir, l’angoisse a eu le temps de me gagner et de me laisser imaginer les pires situations si nous nous retrouvons bloqués, sans aide et sans chauffage.. L’inconscience aide à se lancer. Une fois que la conscience entre en jeu, les mots « risque, danger, problème… » prennent de l’ampleur et vous commencez à douter.. Si la situation dure, vous pouvez être amené à reporter votre projet.. voir l’annuler. Il faut absolument que je me sorte toutes ces mauvaises idées de la tête ! Je me lève, un coup d’oeil au thermomètre (il y a des réflexes ici qu’on prend vite, comme nul par ailleurs) : -21°.. Nous avons choisi la pire journée peut-être ! Les températures remonteront dans 2 jours.. Bon, assez de baisse de moral, aujourd’hui, il faut partir ! Vitali déjeune tranquillement. Il ne parle pas beaucoup ce matin.. Peut-être a-t-il lui aussi été atteint par le doute la nuit passée. Je prend ma douche, déjeune, rassemble mes affaires.. de l’effervescence! on est sur la bonne voie. J’essaie de ne pas penser au froid qui va me mordre de toute ces forces dans quelques heures.. J’ai bricolé mes gants chauffants hier soir, en schintant directement l’interrupteur et en réparant mes connectiques dont les fils étaient sectionnés… J’ai bon espoir que ça marche ce matin ! Vitali est toujours silencieux. Ça ne lui ressemble pas.. Qu’est-ce qui ne va pas ? Après quelques hésitations, il fini par me lancer  » j’ai trouvé une aiguille dans mon lit ce matin au réveil  » … Ahahah, je vais vraiment finir par devenir parano ! J’essaie de concentrer mon esprit sur le départ, mais toutes les images de mon périple précédent (en été !! ) me repassent dans la tête. Et si nous subissions encore tant de galères, mais par ce froid.. Non, il faut que nous partions ! Je ne peux cependant pas partir l’esprit tranquille avec l’idée qu’une vieille babouchka sorcière pique ma poupée de son, et joue avec moi comme un pantin. Nous devons casser l’aiguille. Malgré plusieurs tentatives de Vitali, rien n’y fait. Il se munit d’une pince coupante grâce à laquelle nous en viendrons finalement à bout ! J’appelle ma famille en France, partage mon angoisse matinale : ça m’aide à conjurer le sort de savoir que des âmes bienveillantes penseront à moi toute la journée et durant tout mon périple hivernal. Il est 11h passé.. nous partons… Il fait terriblement froid. Je me suis bien couverte (4 couches) et mes gants chauffants fonctionnent !! Comme ils peuvent, après 10 ans de service et une chirurgie récente, mais suffisamment pour que je ne fasse pas ma difficile par les temps qui courent. Avec mes mains douloureuses, Vitali a pris le guidon. C’est lui qui pilotera aujourd’hui. Nous faisons une première halte après 90 km : il était temps. Le moindre petit espace du corps mal caché est une opportunité cruelle que le froid saisi avec férocité. Au prochain départ, je m’assure de mieux me calfeutrer. Un hot-dog dégueulasse de station service est avalé, le temps de se réchauffer. Nous reprenons la route. Qu’il est agréable d’avoir quitté la ville. Le paysages sont totalement blancs. La neige a étendu son manteau sur tout le pays et mes yeux s’émerveillent de ce paysage qui ne m’est pas habituel. Les kilomètres défilent, les accidents ici et là, une vielle Lada encastrée dans la neige.. peut-être un russe trop optimiste sur sa dernière giclée de vodka. Deuxième stop, après 120 km. Mes pieds sont gelés. La station service ne propose pas d’espace pour nous accueillir, mais juste un guichet verrouillé par des barreaux si épais qu’ils vous aveuglent même de la personne qui passera sa journée à encaisser la monnaie.. Un café se dessine un peu plus loin. Pourvu qu’il soit ouvert ! Je ne tiens plus. Nous sommes accueilli par un couple, d’une quarantaine, à l’air bien sympathique. Je demande si je peux poser mes bottes sur le radiateur. Mon souhait est exhaussé, alléluia ! Un café pour Vitali et un thé maison pour moi. En entrant, Vitali a repéré deux motos dans un coin. Le propriétaire est un motard. Il garde ici un ER6 N (kawa) et un S1000RR tout neuf (BMW), choix de motos que je trouve très étrange dans cet endroit.. mais pourquoi pas. Nous discutons un peu. Ils sont effectivement très sympas ! Comme je suis passagère, j’ai le droit à un (grand) shooter de cognac :  » bois, c’est pour te réchauffer « . Je ne peux pas refuser… true-riders-travel-russie-elefant-treffen-shooterVitali n’y a pas le droit. En Russie, le taux d’alcool au volant est fixé à 0. Si tu te fais attraper, c’est retrait de permis immédiat… Alors, sur les routes russes, il y a ceux qui boivent beaucoup (au moins si on leur retire le permis, ça sera pour quelque chose) et ceux qui ne boivent pas. Nous optons pour la deuxième solution, pour le pilote bien entendu ! Le passager, lui, a le droit ! Comme je ne voyage jamais sans rien, j’offre une petite fiole de whisky breton à ce nouvel ami. Il refusera que nous payons nos boissons en partant.

La nuit tombe, il est bientôt 17h. Le prochain motel se trouve à 100 km. C’est au fur et à mesure des degrés qui disparaissent avec les derniers rayons du soleil, que nous bravons les derniers kilomètres. À l’arrivée, le thermomètre frôle les -25°C. Une douche chaude dans l’unique douche de l’hôtel, un plat réchauffé au micro-onde, une chambre avec deux petits lits dans un décor étrange, et une nuit qui s’annonce difficile sur un matelas fait de ressorts, que tu peux compter combien il y en a tellement tu les sens et un Vitali qui dort depuis une heure, que même avec tes boules quiès, tu entends le tremblement qu’il fait tellement il ronfle fort…. Ah, l’aventure !!!! Ah la Russie !! Ah, les russes…..

JOUR 3 : lundi 25 janvier

La nuit fut courte. Vitali a ronflé à me rendre dingue. À cette époque de l’année, le motel est vide. Heureusement ! Sinon, on nous aurait viré pour tapage nocturne. A l’extérieur, il fait -18°. Il va falloir bien se couvrir encore ! La moto a dormi dehors, par -25°C. J’espère très fort qu’elle va démarrer et que rien n’a été endommagé. Vitali est déjà affairé à essayer de faire rugir l’engin… en vain. Depuis la fenêtre à l’étage du motel, je l’observe se débattre contre la moto..mais aussi et surtout contre le froid. Après plusieurs tentatives, un coup de pouce aux bougies, en les chauffant à l’aide de son briquet et un coup de WD40 dans la boite à air, le moteur rugit ! Et ça n’est pas peu dire ! Il hurle. Je râle à chaque fois que Vitali fait ça, ouvrir les gaz en grand sur un moteur complètement froid. Mais là franchement il abuse ! J’observe à deux fois. Je me rends compte que la moto accélère en fait toute seule…. Vitali gesticule dans tous les sens, coupe le moteur, le remet en route…

Je descends voir ce qui ne va pas. Le moteur tourne à très haut régime et il ne sait l’expliquer. Nous manipulons les câbles d’accélérateurs et vérifions leur bon retour au niveau de l’ouverture/fermeture des carbus… Aucun problème…  Ahah !! j’ai ma petite idée sur la panne je pense… avec un goût de déjà vu en 2012, lors de mon tout 1er périple en Ural en Russie. De la main, je remonte le câble jusqu’au dessous du réservoir. Il est sorti de son logement et vient empêché le retour complet du câble des gaz. Vitali démarre, panne réparée ! Nous ne traînons pas plus longtemps dans cet endroit triste et sans intérêt. Ce matin, c’est moi qui pilote ! Les premiers 50 kilomètres sont une pure merveille ! Il fait très froid certes, mais au guidon, on le sent beaucoup moins qu’en étant dans le panier. Avec une moto pourvue de manchons, de poignées chauffantes, d’un tablier aidant la circulation de l’air chaud du moteur à revenir vers les jambes, c’est du pur bonheur. Le temps est gris, mais clair et la lumière est splendide. Une multitude de nuances de gris se dresse devant moi. J’ai le sentiment d’être l’héroïne d’une bande dessinée en noir et blanc, sortie tout droit de l’histoire de son périple avec son acolyte russe, avec lequel elle a décidé de rallier les Elef’ en Allemagne, depuis Moscou, en Ural. Un bien être immense m’envahit et je me sens vraiment à ma place. Que c’est bon de se sentir vivre ! Vitali quand à lui vit un cauchemar ! Le chauffage de sa visière de casque ne fonctionne plus. Avec de telles températures négatives, sans cet accessoire, la visière gèle instantanément et vous retire tout espoir d’entrevoir le moindre pixel des panoramas extérieurs. Je sais qu’il aimerait que j’arrête ma course folle afin de tenter de trouver une solution. Mais comme je sais aussi que les russes sont fatalistes, il se sera fait une raison et attendra la prochaine station service pour jeter un coup d’oeil sur son problème. C’est donc enfermé dans sa bulle et absolument aveugle qu’il passera la moitié de sa journée. Après mes premiers kilomètres merveilleux, je rejoins Vitali dans son cauchemar, à la différence près que je suis en train de le vivre dans tout mon corps. La route s’est transformée en patinoire, n’étant plus ici déneigée. Les nombreux passages des camions y sont pour quelque chose. La roue motrice ne serait ici d’aucune utilité et trop dangereux, car pas assez de neige pour le coup. Je suis crispée au guidon et ne vois plus que cette boue gluante qui trimballe ma moto de droite à gauche sans que je ne puisse vraiment rien faire. Je n’en mène pas large et Vitali compte bien sur moi puisqu’il ne peut plus voir ! Ça le sauvera surement d’une crise cardiaque… il aurait eu trop peur en voyant ma conduite maladroite et les dangers, sans pouvoir rien faire depuis le panier.

Ce trajet devient très éreintant et éprouvant. Je lutte avec beaucoup de difficultés contre les éléments qui m’entourent. Le froid, la neige, l’état médiocre des routes, …. Il doit être 15h30, et nos corps sont affaiblis, n’ayant pas encore pris le temps de déjeuner. Je décide de m’arrêter. Il fera nuit dans une heure, mais je ne peux plus continuer sans reprendre un minimum de force. Ça sera « bortsch (soupe chaude à base de choux et de betteraves avec des morceaux de viandes) et pelminis » (raviolis locales) au menu, plats russes les plus classiques certes, mais mes préférés ! Ça tombe bien, on en trouve à peu près partout. Nous poussons les portes d’un vieux café de bord de route. On y retrouve l’ambiance habituelle de ce genre d’établissement en Russie : le strict minimum, pas de décoration particulière, si ce n’est une vielle tapisserie salie par le temps, un mobilier simple en bois, une télé… Ce qui m’amuse beaucoup, ce sont les films qui passent : hier c’était Titanic, là c’est ET, ..

Nous ne trainons pas trop. La nuit est tombée et nous devons encore passer la frontière pour entrer en Lettonie. Petite appartée : nous devons passer par les pays Baltes, car avec mon passeport français, je ne suis pas autorisée à traverser la Biélorussie, sans un visa, que je n’ai pas… Cela nous coûte un certain détour mais pas le choix… Pour ce passage, Vitali reprend le guidon. Ça évitera des complications en terme de papiers, la moto étant à son nom. La sortie de la Russie se fait sans problème : un quart d’heure, le temps pour la douane de passer un appel pour vérifier l’identité de Vitali.. qui quitte la Russie avec son passeport russe et entre en Europe avec son passeport américain. De cette façon, il n’a pas besoin de visas particuliers. On sent tout de même que la méfiance règne toujours et encore… sait-on jamais, s’il s’agissait d’un espion américain qui tente de quitter la Russie, en side-car, en plein hiver… quelle drôle d’idée !? L’Europe est devant nous. En tant que Française, je n’ai aucun problème pour passer la frontière. Vitali non plus, avec son passeport américain. Alors pourquoi ne pouvons-nous pas passer ?? Le douanier réclame le contrôle technique russe de la moto… que Vitali n’a pas sur lui. Il me jure que c’est la première fois qu’on lui demande ce document. Bon, je le crois, pas besoin de jurer père et mère !? Suis-je si terrifiante que ça ? Alors, quelle est la solution ? Nous sommes à 2 jours de voyage de chez lui, avec l’impossibilité évidemment de faire demi-tour. Il est tard et nous n’avons aucun moyen d’obtenir ce fichu papier.. Il fait froid.. Nous devons attendre dehors. Un autre contrôleur se dirige vers nous. Il check nos effets personnels, nous demande de remplir une déclaration de biens (alcool, cigarettes, etc…) et s’intéresse à la moto. Nous entamons une discussion : notre périple, l’Ural… il est aussi motard et franchement plus avenant que le contrôleur précédent, qui quant à lui, à disparu avec nos passeports depuis 45 min maintenant.. Les documents à remplir que nous avons entre les mains nécessitent d’indiquer nos numéros de passeport. Nous ne les avons pas en tête et demandons à ce douanier s’il nous est possible de récupérer nos passeports, au moins pour remplir ce document. Deux minutes après, il revient avec, nous signons les papiers demandés, et il nous indique que tout est en règle. Il omet de nous demandez ce contrôle technique que nous n’avons pas.. Vitali me presse : « grimpe sur la moto de suite, nous partons, avant que le premier contrôleur ne revienne et nous demande à nouveau ce document que nous n’avons pas… ». Je saute dans le panier, Vitali engage la 1ère : nous sommes en Europe !

true-riders-travel-russie-elefant-treffen-lituanieVitali fera la route du soir. Il nous reste encore 180 km à parcourir avant d’atteindre notre étape du soir. Nous roulons.. Est-ce le froid qui me donne le sentiment que cette route dure une éternité..? Vitali suit son GPS, confiant. Pour ma part, je ne fais pas du tout confiance à ces engins de malheur ! Ils sont très utiles en ville, certes, mais en dehors, ça peut vite tourner au cauchemar, selon les paramètres et configurations enregistrés.. Quand je voyage, c’est au roadbook papier, en prenant des renseignements ci et là avec la population locale pour m’assurer que je suis sur le bon chemin. J’y vois beaucoup d’avantages: le premier, tu prends le temps d’échanger avec les habitants. Le deuxième, tu te repères facilement dans l’espace avec des notions de géographie, puisque tu repères ta route avant à l’aide de cartes. Le troisième, tu ne dépends pas d’une machine qui peut s’éteindre à tout moment.. Un coup d’oeil sur mon smartphone qui me donne ma position satellite. Je trace du doigt notre route en repérant notre dernier lieux de départ et notre lieux d’arrivée… nous ne sommes pas sur la bonne route.. Que ça m’énerve !! Je râle bruyamment et Vitali finit par s’arrêter :  » Chto !?  » (quoi?). « Nous sommes encore perdus avec ton GPS de merde » – bon c’est quand même pas la première fois que nous faisons des détours inutiles.. J’aime rouler, mais pas faire des détours inutiles, surtout avec les conditions météo actuelles.. Je repère rapidement la route, remet Vitali dans la bonne direction. Nous arrivons sur les coups de 21h à l’hôtel.. Mais, nous avons changé d’heure ! Soit 20h en Lettonie. C’est toujours ça de pris !

JOUR 4 : mardi 26 janvier (nuit à Daugavpils)

Journée de merde !!! Départ de Lettonie, où nous avons passé la nuit. Au matin, il fait -3°. La météo annoncée n’est pas bonne du tout : 2° à partir de midi, et de la pluie en continue. Nous profitons des dernières températures négatives et de la neige… nous doutons déjà que le décor va très vite changer avec le passage au dessus de 0°… Nous étions parti avec des températures allant jusqu’à -25°.. Je pestais d’ailleurs après ce froid glacial.. Mais je ne m’étais pas imaginée me retrouver avec des températures positives..ni même pensé que cela puisse être un problème… Je vais très vite regretter les -10°… pas les -25°, je ne suis pas maso non plus !

true-riders-travel-russie-elefant-treffen-egliseC’est moi qui pilote aujourd’hui, à travers 3 pays, dans la même journée : Lettonie, Lituanie, et Pologne. Nous sortons très vite de la Lettonie. La pluie s’est installée et notre équipement d’hiver est imbibé d’eau. Le froid s’installe, il faut que nous nous arrêtions. Vitali, dans le panier, a été épargné. De mon côté, j’ai déjà le slip qui baigne dans une eau à 1 ou 2°C . Autant dire que ça n’est pas agréable du tout… Nous avons un souci d’équipement. En partant pour un périple hivernal, nous nous étions équipé en conséquence, soit un ensemble pantalon et veste très épais qui t’isole bien du froid. Mais tellement épais, que tu ne peux pas enfiler ta combinaison de pluie par dessus.. à moins de posséder une combar’ version XXXL quand tu fais normalement du S … Ces vêtements ne sont pas du tout pensés pour les températures positives et ne sont alors pas du tout étanches… Étant donné leur épaisseur, une fois imbibé d’eau, c’est l’enfer. Nous devons les retirer. Arrêtés dans une station essence de fortune, nous déballons toutes nos affaires afin de mettre sur notre dos tous les vêtements qui pourront nous maintenir au chaud, sans cette couche supplémentaire… Je prends ce qu’il me reste.. la moitié de mes fringues sont trempés. Il me reste un ensemble « première peau » (type Damart). Je mets ça, un jean par dessus pour le bas, une polaire et un sweet pour le haut + protections, puis la combinaison de pluie… J’ai pas mieux. Les pieds emballés dans des sacs poubelles, avant d’enfiler les bottes humides et les mains dans des gants plastiques de station service, avant de passer les gants mouillés également… La Lituanie est avalée sans trop de difficultés. J’essaie de ne pas penser au froid et me concentre sur la route. En tant que pilote, il fait toujours plus chaud que dans le panier.. Étant donné la soif excessive de l’Ural, je sais de toute façon que nous nous arrêtons obligatoirement tous les 120 km environ.. Je peux tenir jusque là, avant de profiter de chacun de ces arrêts forcés pour me réchauffer à l’aide d’un bon thé chaud et de la chaleur ambiante des divers établissements. C’est marrant, j’ai constaté beaucoup de radars fixes en Lituanie, et des lignes droites. Nous entrons en Pologne alors que la nuit est déjà tombée. Le passage de la frontière est d’ailleurs très spécial ! Nous roulions à vives allures (90 km/h .. c’est vite pour une Ural ! surtout quand il s’agit de devoir faire un freinage d’urgence, qui plus est, en hiver). Engagé sur une 2 x 2 voies, le camion qui me précède ralenti brutalement. J’attrape les freins, l’Ural glisse, peine à réduire son allure et se rapproche dangereusement du camion.. À la dernière minute, le chauffeur a décidé de prendre la sortie à droite. J’entame un dépassement et constate médusé qu’une barrière fait rempart, en plein milieu de la route. Aucun panneau, aucun signalement en amont ! Juste une barrière posée en plein milieu, dont tu apprends l’existence au dernier moment… On aurait franchement pu finir dedans ! Je jure comme un putois sous mon casque ! C’est la peur qui parle…  La conduite devient très vite stressante. Il y a une quantité impressionnante de camions. Ils sont partout ! Partout des camions ! Avec la nuit, les températures redescendent.. et la pluie qui est tombée toute la journée, se transforme en verglas.. La route devient une véritable patinoire, je ne suis pas du tout à l’aise au guidon. Les routiers roulent comme de vrais cinglés.. Nous arrivons à Augustow, complètement lessivés de cette journée éprouvante. Une pizza commandée à la réception du bar, une bière et au lit ! Pourvu qu’il ne pleuve pas demain…

JOUR 5 : mercredi 27 janvier – Augustow /Varsovie / Lodz  true-riders-travel-russie-elefant-treffen-on-the-road 

Départ pour rallier Lodz, toujours en Pologne. Le ciel est gris, mais il ne pleut pas : hourra !! Les camions sont une fois de plus omniprésents. Je pilote la moto en matinée. Vitali prendra ensuite le relais. Nous passons Varsovie où nous trainons un peu, de nuit, afin de visiter très rapidement la ville à moto. Cette journée semble tellement pénible et inintéressante. Les paysages d’aujourd’hui ne ressemblait en rien à un hiver. La neige a disparu. Il ne reste que la boue des premiers jours de fonte.. C’est très décevant. La nature est morte, enfouie depuis quelques semaines sous cette épaisse couche blanche. Nous ne sommes plus en hiver. Le printemps a quant à lui besoin de temps avant d’arriver. Nous subissons la route….

Arrivée à Lodz

JOUR 7 : jeudi 28 janvier – Lodz / Prague

C’est la République Tchèque qui nous attend ! J’ai hâte ! Je n’en peux plus de ces camions dans tous les sens, de ces routes dangereuses, dans ce décor hideux. Bon, ça n’est pas la faute de la Pologne, mais certainement à notre choix d’itinéraire, à vouloir sortir de ce pays au plus vite.. Je roule toute la journée. C’est une grosse étape d’environ 550 km.. long en Ural, longgggg… ! J’ai de la chance, le temps est moche mais stable. Je roule sans penser à rien de plus qu’à rouler.. mécaniquement. La roue du panier fait un bruit très inquiétant depuis hier. Il semblerait q’un roulement commence à faire des siennes.. Cela rend la conduite encore plus difficile, car la moto oscille à sa guise de droite à gauche. Ça donne un peu le sentiment d’être en pleine mer, avec la houle qui te balance d’un côté à l’autre. La direction de la moto est très dure et je suis carrément crispée sur le guidon, en forçant comme une dingue avec mes muscles de poulet. Tu fais ça pendant une semaine, ça vaut largement une séance équivalente de body-building dans le fitness du coin ! Mais c’est franchement moins fun ! Nous avalons notre hot dog « dégueulasse préféré » de station service et continuons notre route. La moto va mieux…? Vitali, au départ ce matin, avait resserrer les boulons de la roue.. Il faut croire que ça a fini par remettre un peu d’ordre dans tout ça, puisque notre Ural a soudainement (après plusieurs kilomètres encore malade) retrouvé sa forme initiale. Je ne suis pas mécontente !! Les 3/4 du trajet sont avalés mais nous passons depuis une bonne demie-heure maintenant entre de gros nuages très menaçants. On ne pouvait pas les éviter indéfiniment.. Sur 10 km, c’est un déluge qui s’abat sur nous, accompagné d’un terrible vent latéral. Je passe de la mer agitée, à un vol d’avion tranquille dans lequel soudainement tu es littéralement bourlingué au passage d’une « perturbation ». Sensation d’horreur ! C’est exactement ça que je ressens à cet instant, sauf que c’est moi le pilote ! Et là, ça se transforme plutôt en version  » Mayday, Mayday , y’a t-il un pilote à bord !? « . Une rafale me balance sur la route d’à côté : « What the F**k !! « . Heureusement, ça ne durera pas trop longtemps.

true-riders-travel-russie-elefant-treffen-prague-monumentsDernier arrêt à la station, Prague n’est plus qu’à 50 km. Je trace. Contente d’arriver dans cette ville que je trouve magnifique. Balade nocturne et dodo. Demain, c’est les Elef !!! Enfin, si tout va bien.. Ne jamais vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué, surtout en Ural !

JOUR 8 : vendredi 29 janvier – Prague / Elef… ou pas

Réveil sous un soleil radieux, par 9°. Le printemps s’est déjà installé.. au mois de janvier.. L’occasion est trop belle pour ne pas en profiter. Nous grimpons sur l’Ural et partons pour une balade de la ville et de ses superbes monuments. La petite aiguille de l’horloge attaque déjà la deuxième moitié du cadran. Nous sommes à 220 km des Elef. J’ai quand même hâte d’y être, puisque notre challenge était bien là : rallier les Elef en Ural depuis Moscou. Nous quittons la République Tchèque. La route est facile et les paysages splendides. Tout va pour le mieux : la moto, ses habitants. Notre but se rapproche et nous avons forcément envie d’y croire, à ce stade de notre périple. Vitali m’indique que nous devons, avant les Elef, nous rendre à l’hôtel que ses amis russes ont réservés pour nous. Ça ne sera donc pas en mode camping pour cette fois. Tant pis, le principale pour moi, c’est d’y être. La route grimpe et devient de plus en plus petite. Encore un mauvais tour du GPS !? Et oui ! Rrrrrrrrrrrrrrrrrhhhhhh !!!!! Je peste une nouvelle fois, mais Vitali a décidé de continuer sa route. Nous arriverons plus tard, mais ça lui importe peu. Nous avons retrouvé des températures relativement froides, la neige est de nouveau présente, et ça lui fait plaisir de rouler. Moi je trépigne d’impatience d’arriver et de fêter tous ensemble notre extraordinaire aventure ! Nous arrivons enfin à l’hôtel, dans une nuit déjà bien avancée. Il doit être 19h. Le temps de prendre une rapide douche chaude et nous filerons enfin pour les Elef ! Enfin ça, c’est ce que je crois… Mais j’oubliais un instant que je suis avec des russes… Et là, les plans ne correspondent pas du tout à ce que j’ai imaginé. L’hôtel entier est réservé pour une bonne soixantaine de slaves, parlant tous plus ou moins bien le russe (des motards venus de Lettonie, Lituanie, Estonie, Biélorussie, Ukraine, Russie …). Un dîner est organisé à l’hôtel avec toute cette bande joyeuse. On me vend du rêve en me parlant de « fête », d’un dîner avec « cochon grillé » avec tous les motards et l’ambiance qui en découle, autour d’un (enfin plusieurs bien sûr) bon verre de l’amitié.. Mais Elefant Treffen dans tout ça ?? – « Demain ». Humm, je ne l’entends pas de cette façon, mais j’essaie de me faire une raison. Après tout, je serais dans l’ambiance que j’aime, avec des motards à discuter de meules, de mécanique et de nos différents voyages.. Allez, va pour ta soirée.

En poussant la porte des festivités, c’est un restaurant d’hôtel un peu kitch qui me fait face. Plusieurs tables y sont installées, autour desquels 10/12 motards peuvent tenir ensemble. Je m’installe à côté de Vitali, avec ses amis. Je fais rapidement le tour des motards et personne ne parle anglais.. le français, je ne demande même pas à ce stade ! C’est un vacarme de mots russes rudement émis de part leurs voix graves qui fait office de concert. Une soupe locale à base de tomate est servie. Je l’avale rapidement, n’ayant que ça à faire. Oh puré ! Je sens que la soirée va être longue !! Il est où le cochon ? Et la fête ? … Un plat allemand est apporté, composé d’une viande bouillie à l’eau et d’une espèce de pâte dense et très consistante, de forme ronde, qui fait office d’accompagnement. Ça tient au corps, pas de doute! J’écoute des récits dont je ne comprends pas le moindre mot et j’avale une bière. Euh ont eu le temps d’en avalé 10 avec un shooter de vodka ou de whisky entre chaque bière. Ils boivent à une vitesse hallucinante, femmes inclus. Je pense tristement aux Elef, qui ne sont plus très loin, mais dont je ne profiterais que demain.. Ça fait franchement chier ! Je sais que tous ces gars passent une bonne soirée, et je ne vais pas les blâmer d’être la seule française qui ne parle pas russe ici.. mais merde, j’ai signé pour les Elef, pas pour rester dans un hôtel ! Il est 23h. Les gars ont enfilé une quantité astronomique d’alcool … pour faire la fête ? Non, pour aller se coucher ! Le restaurant nous vire, il faut quitter les lieux. Franchement, c’est la cerise sur le gâteau. Et puis je suis quand même pas bretonne pour rien ! J’assume mes origines et en qualité de personne têtue, je lance à Vitali que je vais aux Elef, maintenant ! À pied, en stop s’il le faut ! mais il est hors de question que j’aille faire des bulles avec mon nez ! Il accepte que j’y aille à moto, mais uniquement si je l’emmène. Vendu ! Je n’ai pas beaucoup bu. Le taux d’alcool ici n’est pas à zéro. Avec mes deux petites bières pas finies et un demi shooter de whisky pour faire plaisir, j’ai les idées claires. Je m’équipe, ouiiiiii !!!!!! Après 10 km à travers un brouillard fulgurant, nous devinons enfin les premiers déchets humains qui déambulent le long du chemin ! Ahahah !! C’est la bonne route, hourahhh !! Je me gare à l’entrée, où se trouve un bar et quelques motards survivants. Je commande un thé chaud (on me donne d’abord un vin chaud, très drôle ! non non c’est vraiment une boisson sans alcool que je désire) et je m’adosse au comptoir, mon verre à la main. J’entame une conversation avec les motards posés là : des italiens, pas bourrés ma foi, avec qui j’échange en espagnol. Ça y est, je suis arrivée aux Elefant Treffen ! … et je me sens bien…….

JOUR 9 : samedi 30 janvier
true-riders-travel-moscou-elefant-treffen-elephantJe ne vous ferai part ici que de quelques éléments techniques, l’aventure étant vraiment la route (Moscou/Elef) et non le bout de la route (l’évènement Elef en lui même). Après ma sortie nocturne d’hier (rentrée à 2h30 du mat), ce matin, c’est le cortège slave qui se rend sur l’évènement. Une bonne partie d’entre eux ont monté un campement sur place, avec tout le nécessaire pour passer un bon moment festif entre copains : une tente pour manger, un bar pour picoler, un feu de camp entouré de bottes de foin pour écouter les guitaristes qui s’improvisent, et les motos tout autour pour veiller tout ce monde. C’est le paradis ou presque. Le temps n’a malheureusement pas fait honneur à la réputation de ce rassemblement hivernal. C’est un champ de ruine boueux et dégueulasse qui se dessine autour de moi. La neige a fondu inexorablement et tout s’est transformé en un chaos marronâtre. Les bottes en caoutchouc des pêcheurs sont la meilleure arme pour affronter ce paysage. Arrivé à l’entrée principale, c’est un billet à 25 € qu’il nous faut acheter pour entrer dans l’enceinte des Elef. Pour ce prix, on vous donne un autocollant, une minuscule plaque en fer de 0,5 x 2 cm mentionnant l’année de votre venue, un livret principalement rédigé en allemand (pas de bol pour un rassemblement international) et votre bracelet d’entrée. L’accès aux toilettes m’aura coûté 1€ (avant d’entrer.. peut-être était-ce gratuit à l’intérieur mais par peur de me faire avoir une autre fois, j’opte ensuite pour la forêt). Les animations à l’intérieur ? Pas grand chose. Des remises de prix pour le motard ayant parcouru la plus longue distance pour venir aux Elef, pour le plus jeune (en l’occurrence une fille), pour le plus vieux, pour la moto la plus modifiée, etc… Deux/trois jeux enfantins.. Et puis les snacks, la buvette. En fait, on vient surtout aux Elef pour le challenge que cela représente et avant tout pour y rencontrer des motards tous aussi étranges et farfelus les uns que les autres, voir des engins complètement loufoques et intrigants, et passer un moment convivial dans ce joyeux bordel.

JOUR 10 : dimanche 31 janvier

Hier soir, la fête a été écourtée par une lourde pluie qui a commencé à s’abattre sur les Elef à partir de 20h. J’ai ramené mes brebis saoules à bon port, en moto, n’ayant consommé que du thé toute la journée durant.

Aujourd’hui, c’est également sous la pluie que nous repartons pour l’Autriche, où notre ami Hari, importateur européen d’Ural, nous attend. C’est ma dernière soirée en compagnie de mes amis puisque demain, je dois repartir par le train, pour la France. Mes amis rentrent vers Moscou sans moi. Ça me fait beaucoup de peine de les abandonner, mais je sais qu’il y aura encore d’autres aventures en Ural. Alors, je pars en pensant déjà aux prochains beaux jours à venir ….

Laurie – True Riders Travel

Retrouvez nos voyages sur : www.trueriderstravel.com  et  sur www.monsieurpingouin.com

Facebook : True Riders Travel  et  Monsieur Pingouin